Le Géoréférencement des réseaux d'éclairage public

D'ici le 1er janvier 2020, les 1 700 km de réseaux d'éclairage public des communes urbaines du département devront être détectés et géoréférencés.

 

En tant que gestionnaire de l’éclairage public, le SDE 22 a missionné quatre entreprises : Etudis, SDRE, TRC et ETA afin de procéder à ce géoréférencement. L’objectif est d’améliorer la connaissance de la localisation des réseaux souterrains d’éclairage public, afin de sécuriser les interventions futures.

 

Dans le cadre de la réforme anti-endommagement des réseaux et de son décret «DT/DICT», l’arrêté du 15 février 2012 oblige, d’une part, à géoréférencer en classe A (40/50 cm) tous les réseaux sensibles (électricité, gaz, éclairage public...) construits à l’occasion de travaux neufs et, d’autre part, à répondre aux DT/DICT (Déclaration de Travaux/Déclaration d'Intention de Commencement de Travaux) avec un plan des réseaux respectant ces règles de positionnement.

20190628_suivi_avancement.jpg

Etat d'avancement  de la détection-géoréférencement des réseaux souterrains d'éclairage public au 28 juin 2019.

Les gestionnaires de réseaux ont donc désormais l’obligation de fournir des plans géoréférencés avec une incertitude maximale de localisation de 40 cm (50 cm dans le cas de réseaux flexibles). Deux échéances sont fixées : la première au 1er janvier 2020 pour les unités urbaines et la seconde au 1er janvier 2026 pour le reste du territoire. Dans les Côtes d’Armor, 86 communes sont concernées par la première échéance de 2020. Cela représente 1 700 km de réseaux à détecter.

Syndicat Départemental d'Énergie, 53 boulevard Carnot, CS 20426, 22004 Saint-Brieuc Cedex 1

tél. 02 96 01 20 20 ; fax : 02 96 78 16 67 ; sde22@sde22.fr

Réalisation du site : AE -  SDE22

Politique de protection des données